Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 16:06

 

      

Tous les ans, dans le courant du mois de Septembre, a lieu dans un tout petit village du nom de Termes d'Armagnac, un festival où des conteurs du monde entier se retrouvent et offrent au public trois jours de rêve dans un décor médiéval.

S'y rendre c'est en premier lieu l'occasion de découvrir (ou redécouvrir) la formidable convivialité Gersoise et la franche bonne humeur qui semble animer toute cette région de France. Vous vous rappelez le film "Le bonheur est dans le pré" ? Et bien, c'est nettement en dessous de la réalité...

Nous avions déjà participé au Festival, mais cette fois ci l'organisateur nous demanda de monter un spectacle inédit mettant en scène le héros du lieu : "Thibault d'Armagnac", la contrainte était que la représentation se fasse sur trois jours, un sketch par jour, donc chaque fois avec un rappel des épisodes précédents.

Les délais étaient courts, nous étions en plein dans nos personnages de Sancho Pancha et Don Quichotte, nous avons décidé de garder ces personnages et de retranscrire Thibault d'Armagnac au travers d'eux.

Le projet fut accepté mais nous nous sommes rendus compte que nous avions très peu d'informations sur ce Gascon légendaire. Qu'importe ! Nous allions tout inventer, à la manière des épopées du Moyen Age. 

Voici donc le texte que nous avons écrit et interprété...

      

Premier Jour:

 

D - Allons Sancho, il nous faut garder front haut car un destin hors du commun nous attends.

S - Pour sûr, mon Maître, maintenant que j'ai un modèle à suivre, la voie m'apparaît plus clairement

D - Tu m'en vois fort aise Sancho.

S - Ma seule certitude est de ne pouvoir n'arriver qu'a sa cheville, tant les exploits qu'il propose à ma vue dépasse mon entendement.

D - Oh ! Ami Sancho, un chevalier errant est habitué à de telles aventures. Elles méritent à peine d'être écrite dans le livre de sa renommée. Mais si l'on rencontre un dragon bien belliqueux, je ne dis pas...

S- Pour sur, il n'est point de la race de ceux qui fuient devant un dragon !

D- Ou même deux !

S- Ou même deux, il saisira le premier pour assommer le second.

D- Tout à fait Sancho ! Pas de merci pour ces bêtes du Diable !

S- C'est un si fameux héros !

D- Oh ! 

S- Sa musculature est si puissante...

D- euh… oui

S- Il faut le voir quand il défie l'ennemi, le front haut...

D- Oui, le front...

S- La rage dans les yeux...

D- Oui, la rage !

S- Et les cheveux flottants au vent...

D- Oui, les cheveux… Les cheveux quels cheveux ?

S- Et bien les siens!

D- Il ne m’en reste que très peu, mais de très beaux, il est vrai !

S- Mais pas les vôtres Monseigneur !

D- Saches pour ta gouverne que le créateur a fait quelques têtes parfaites, les autres il a mis des cheveux dessus...

S- Je parlais de ceux de Thibault d'Armagnac bien sur ! 

D- Thibault d'Armagnac …

S- Thibault d'Armagnac, Le plus noble  des chevaliers qui soit ! Le plus grand des Gascons !

D- Tiens donc.

S- Bien entendu mon maître, vous connaissez tout de ses hauts faits.

D- Bien sûr, bien sûr, apprends Sancho, qu'un chevalier se doit de connaître tous les actes célèbres de ses pairs. Mais rafraîchis moi donc un peu la mémoire, pour que je sois bien sur que nous parlons du même...

S- (Enthousiaste) Thibault d'Armagnac est né en terre Gasconne. C'était un enfant si parfait, que sa mère ne put que s'exclamer "Thibault comme un dieu !". Son père était le fameux Jean d'Armagnac Seigneur de Termes.

D- Evidemment, nous parlons bien du même.

S- Son premier exploit fut de mettre à mal une dizaine d'hommes d'armes, des soldats dévoyés en quête de rapine.

D- Ceci est un fait d'arme courant pour nous autres chevaliers...

S- Mais Thibault n'avait que deux ans.

D- Oh ! Deux ans...

S- Il était si grand et si fort, qu'il dépassait déjà d'une tête son père qui était pourtant un vrai colosse.

D- Un fameux gaillard.

S- Et ça ce n'est rien a coté de ce qu'il accomplissait en une seule journée.

D- Narre moi donc cela Ami Sancho, cela me distraira peut être, entre deux batailles un chevalier se languit.

S- A peine réveillé, il se fait porter au lit quelques poulardes, rots et menus charcutailles. Une petite omelette battue avec un soupçon de crème fraîche et des herbes. Un cruchon de lait et quelques pâtisseries. Avec cela un bon verre d'Armagnac. Et il se lève.

D- Prêt à aller combattre ! il demande ses armes et son cheval ?

S- Non. Sa serviette et sa fourchette. Car après ces amuses bouches Thibault est disposé à prendre petit déjeuner. Souvent quelque chose de léger, un demi boeuf, ou une brochette d'agneaux (mais là nous parlons bien d'une douzaine d'agneaux enfilés sur un mat) avec, pour faire descendre le tout, un tonneau du meilleur vin du comté, et un petit armagnac bien sur ...

D- Cela n'est rien, apprends ami Sancho, que ses faits d'armes dépassent de loin ses exploits gastronomique.

S- Ah oui ?

D- A peine sa collation achevée,  Thibault enfourche son cheval et galope vers le Nord. Il en épuise deux, dix, vingt, sous lui

S- Tu m'étonnes avec le poids qu'il devait faire...

D- Mais le voici qui franchit les plaines du Languedoc, traverse les Grandes Forets de la Loire et atteint le Fleuve.

S- Il traverse cela tout d’un trait ?

D- D'un trait.

S- Sans goûter a l'aligot et au tripoux ?

D- Il va si vite, que le vent de sa course souffle les Volcans d'Auvergne. D'ailleurs tu peux constater qu'ils sont désormais éteints. 

S- Et oui, depuis ils font de l'eau de source. (Grimace)

D- Le soleil est maintenant haut dans le ciel. Les corbeaux croassent sur le champ de bataille. Tu entends les corbeaux Sancho ?

S- Oui, je les entends. Comme on dit, corbeau perché, il est temps de manger.

D- Qui entend le Corbeau monte aux créneaux !

S- Corbeau qui croasse, boit de la binasse !

D- Et c'est la que l'attends Jeanne, sa douce, sa pure Jeanne. Qui combat les Anglais.

S- Quelle femme ! Mais par contre au niveau cuisine, elle était nulle, elle faisait tout brûler. Mais parlez moi de Jeanne et des Anglais

D- Patience Sancho, regarde la lune est ronde et pleine, il est temps de trouver un gîte ou solitude et silence pourront combler mes pensées.

S- Et diverses charcutailles, pour combler mon estomac...

Partager cet article

Repost 0
Didier Guillion - dans Théatre
commenter cet article

commentaires

sartan83 10/04/2009 16:42

j'aime beaucoup le début, mais je vais lire la suite