Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 15:45

merlette
Ces derniers jours les températures sont rarement positives. Il est important de nourrir les oiseaux de nos jardins, mais encore plus de leur donner à boire. Les flaques, caniveaux et autres sources d'approvisionnements leurs sont inaccessibles. Donc, un grand plat avec une eau propre et renouvelée dès qu'elle est gelée.

En tout cas, avec ce beau soleil cela nous permet d'observer un va et vient incessant.

La bande des voyous agressifs que forment les verdiers.

verdier-copie-1

La timide mésange à tête noire.

mesangenoire

La mésange à tête bleue, qui, malgré son petit gabarit n'a peur de rien.

 

mesangebleue

 

Le merle, qui aime bien se tremper les pattes.

merle

 

Monsieur et madame fauvette à tête noire.

 

fauvettemale

fauvettefemelle

 

Notre copain curieux le rouge-gorge.

 

rougegorge

 

Et enfin, le plus beau, sa Majesté le chardonneret

chardonneret

 

Repost 0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 17:19

herisson01

L'an dernier, au milieu de l'hiver, en plein grand froid, une belle flambée s'imposait dans la cheminée avec en prime une poêlée de châtaignes. Quelle meilleure façon de passer un dimanche après midi en Décembre ?
J'ai donc voulu scier quelques buches dans le tas de bois, récupéré lors des travaux sur notre maison.
A peine quelques madriers enlevés, le fiston s'exclame "Oh ! Regarde papa !"
Un hérisson était en train d'hiberner, bien au sec. Nous avons donc tout remis doucement en place...
Comme les châtaignes crues, c'est moche, nous avons décidé d'offrir à notre invité un logement digne de ce nom.
D'abord, il fallait s'assurer que le hérisson était toujours là. Facile.
En camping, il y a quelques années, nous trouvions nos sacs poubelles régulièrement éventrés pendant la nuit par un mystérieux rôdeur. Chat ? Rat ? Chien ? Schtroumpf ?
Après un affut, armés de nos lampes torches, nous l'avons surpris en flagrant délit : une maman hérisson et ses trois petits (mignons à croquer entre parenthèses). Ils venaient dévorer les... écorces de melon !
C'est leur drogue à eux, ils en raffolent.
Un excellent moyen de savoir si vous avez un hérisson dans votre jardin.
Nous avons donc placés des écorces de melon sur le tas de bois pendant plusieurs soirs, et, chaque matin, tout avait disparu.
A noter que le hérisson adore aussi les croquettes pour chat (mais moins celles au poisson). Egalement le lait, mais il ne faut jamais lui en donner, cela provoque des diarrhées mortelles.
Donc, construction d'un palace pour notre petit ami.
Un tube de PVC servira de couloir d'entrée (diamètre 12 cm), il protègera du vent et sera un barrage pour les chats curieux.
Ensuite, la salle à manger où des croquettes seront déposées.
Enfin, la chambre à coucher, légèrement aérée, qu'il se chargera de meubler lui même avec des feuilles mortes.
herisson02
Voici le plan :
http://hameaudesherissons.fr/_image/ImagesAbris/PlanCabaneHerisson.pdf

Bien sur, dans votre jardin, si vous avez la chance d'avoir un hérisson, les produits chimiques "tue limaces" sont à proscrire, ils seront de toute manière inutiles, votre nouvel ami fera le grand ménage...

Repost 0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 17:24



Une petite astuce que j'applique depuis cet été pour économiser l'eau. En cuisine, quand je rince des légumes, lave du riz, nettoie un couteau, je place un grand récipient au fond de mon évier que je verse ensuite dans les bacs à plantes de ma terrasse. Même l'eau de cuisson des pâtes, du riz ou des pommes de terre (une fois refroidie bien sur) subi le même sort.

C'est un petit geste, mais qui va dans le bon sens.

Il paraît que les architectes commencent à réfléchir à des immeubles qui recycleraient eux même leur eau, une bonne chose.

Repost 0
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 17:01

Ça y est. Mon puits est à sec, la sécheresse est  là. 

Ce puits a tout une histoire. 

Quand nous avons acquis notre nouvelle (mais ancienne) maison, l'ancien propriétaire nous avait dit "Il y a un puits sur le terrain, mais je ne sais pas où, je ne l'ait jamais vu." 

Les voisins avaient confirmés.  En nous disant aussi que lorsque le pluvial avait été creusé dans la rue, cela avait fait descendre le niveau des nappes phréatiques. Peut être la raison de la disparition du puits ?

Accolé à un mur, une vieille pompe à bras nous faisait signe...

 

Alors, nous avons cherché, fait des sondages, mais rien. Finalement, nous avons décidé de percer la chape de béton au pied de la pompe pour suivre le tuyau de plomb.

C'est une chape épaisse, bien solide, et en progressant mètre par mètre nous avons trouvé le point précis où le tuyau passait d'une progression horizontale à une verticale.

La chape, une fois défoncée sur un mètre carré, nous à dévoilé une grande pierre circulaire, genre meule de moulin. 

 

Impossible de la déplacer : elle devait peser au moins deux cents kg. Nous l'avons donc fragmenté à la perforatrice. Et dessous, surprise, une margelle circulaire en brique, manifestement un puits. Mais un puits remplit à raz bord de gravats...

 

Seau à seau nous les avons extraits. Impossible d'utiliser une pelle normale, le manche est trop long dans ces espaces étroits, j'ai réquisitionné les pelles de plage des fistons.

Les parois du puits se sont peu à peu dévoilées. D'abord bâties avec des briques incurvées posées sur champ, puis de petites briques. Enfin, vers 4m de profondeur, la terre à commencé à être humide, et enfin, j'ai pataugé dans la boue.

Alors que je piochait dans le limon, je voyait les filets d'eau claire sourdre.

Le bas du puits repose sur des poutrelles en bois. Après avoir dégagé une vingtaine de centimètre (la hauteur de mes bottes) je me suis arrêté.

Une galerie photo de l'aventure est là

Il faudrait maintenant aller plus profond pour dégager un bon mètre cube de réserve d'eau, mais les puisatiers contactés nous ont pris pour des Américains...

J'ai profité qu'il soit à sec pour y descendre à nouveau et retirer quelques centimètres de limon.

 

Repost 0
19 juillet 2009 7 19 /07 /juillet /2009 16:44


J'ai eut l'agréable surprise de recevoir la visite d'un de mes insectes préférés : un sphinx. Plus précisément un Moro sphinx (Macroglossum stellatarum).  Comme l'animal est très, très rapide mais peu farouche, j'en ai profité pour le mitrailler sous toutes les coutures alors qu'il butinait mon plumbago.
Ce curieux papillon recueille en vol le nectar des fleurs grâce à sa très longue trompe : elle fait la longueur de son corps. Là où les autres insectes ne peuvent rien butiner, il déguste à l'aise la précieuse substance.
Il est un des rares lépidoptères à savoir faire du sur place, et de fait il se pose très rarement.  On l'appelle d'ailleurs parfois le "papillon colibri" tant la ressemblance avec cet oiseau est grande.
Le battement de ses ailes est si rapide que l'oeil ne discerne qu'un nuage flou :
Il faut vraiment le saisir au flash pour pouvoir discerner le détail de ses ailes.
J'ai lu quelque part qu'il va migrer en Afrique du Nord à l'approche de l'hiver. C'est assez stupéfiant d'imaginer ce petit animal de quelques grammes franchir les Pyrénées, l'Espagne et le détroit de Gibraltar...
Allez, petite bestiole, à un de ces jours...





Repost 0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 16:11


Malgré le peu de fruits  que m'a donné mon prunus cette année, j'en récolte quand même quelques poignées et je tente une tarte aux prunes avec une pâte brisée maison.
Résultat : c'est joli, mais plutôt moyen au niveau goût, c'est très acide. Peut être les fruits n'étaient ils pas assez mûrs ?
Nous referons un essai...

Repost 0
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 16:39



Ce matin, j'ai croisé un vieux jardinier qui s'occupe de pas mal de jardins du quartier. Il m'a dit que mon prunus était magnifique et que c'était dommage de ne pas manger les prunes, excellentes d'après lui en tarte ou en confiture.
Hélas, alors que les années précédentes je devait évacuer les prunes tombées à terre à la pelle, cette saison, je n'ai à ma disposition que quelques kilos de prunes. D'après le jardinier, la pluie sur les fleurs fécondées à fait pourrir les fruits.
Je vais tout de même tenter une tarte...

Repost 0
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 16:14
Voilà que le fiston de cinq ans viens me voir dans mon bureau, tout excité "Il y a une bête dans la cuisine, mais elle s'est cachée !"
"Elle ressemble à quoi ?"
"Elle a des pattes ! Et des antennes ! "
Bon, il y a en a beaucoup des bestioles avec des pattes et des antennes...
"Ok, dessine la..."
En quinze secondes, il me fait cela :

Magnifique portrait robot : "D'aaacord, un scolopendre..." Quelques minutes plus tard le monstre était localisé, coincé et prié aimablement d'aller gambader dans le jardin...

Repost 0
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 16:45

Un nouvel orage a sévi hier vers 18h. Pas de grêlons comme le 26 mai dernier mais une pluie diluvienne qui à transformé les rues en véritables torrents.
L'eau est montée au raz des aérations de la cave, à quelques centimètres prêt nous étions inondés. Heureusement, cette fois ci, les automobilistes ont levé le pied et nous ont épargnés les vagues.
Depuis la fin mai nous avons fait passer des vitriers pour la réparation de la marquise, perforée en plus de 15 endroits.
L'un nous avait dit que, bien sur, les vitrages armés ne se faisait plus depuis des années.
Un autre que c'était ce qu'il nous recommandait, mais bien sur, impossible de faire une découpe en écaille de poisson.
Le troisième aucun problème pour des vitrages armés avec des découpes arrondies...
Repost 0
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 17:19

Hier, en début de soirée, vers 18h45, un terrible orage s'est abattu sur notre quartier. Cela faisait trois ou quatre jours que l'on attendait qu'il crève et nous n'avons pas été déçu.
Après quelques minutes de pluie serrée, des grêlons énorme se sont mis à tomber.
Certains étaient plus gros qu'une balle de golf !
Le jardin a été laminé en quelques minutes, les arums déchiquetés, les rosiers débarrassés de leur pétales. Les pieds de tomates fraîchement plantés n'ont pas été épargnés.

Mais surtout la marquise qui prolonge toute notre maison et qui doit dater du début du XXème a été perforée en une quinzaine d'endroits.

Je n'avais jamais vu un orage aussi violent.
Repost 0